Yannick 25 ans après

1983 Roland Garros, 1991 Lyon, 2017 Lille. Le temps a fait son œuvre. Le lion a vieilli . Il a perdu son emblématique crinière en dreadlock remplacée pour de tristes cheveux courts grisonnants. Il arbore même d’étranges lunettes rondes qui lui donnent un air mystérieux loin du sex symbol rayonnant de mon enfance.

Embed from Getty Images

Après une brillante carrière de chanteur qui l’a conduit aux sommets de la popularité, Yannick a choisi de revenir sur le banc. D’un violent coup de pattes, il a écarté le lionceau Arnaud Clément pour reprendre la place, sa place comme s’il ne l’avait jamais quittée. Il s’était éloigné du tennis mais le démon de la compétition l’a repris avec une seule ambition la gagne. Je me réjouissais de revoir le gourou énergisant, l’homme qui avait fait gagner la France avec des joueurs moyens par sa présence transcendante. J’avais des frissons à l’idée de le revoir accroupi sur le banc dégageant ce halo extraordinaire d’énergie. Mais le lion a vieilli. Il porte les stigmates de la vie. Après l’enthousiasme du premier match avec un génial déplacement aux Antilles, on l’a vu plus sévère et angoissé sur le banc. Il n’a pu éviter la défaite et les blessures de se joueurs.

Le lion est moins fringant mais déteste toujours autant perdre. La vie l’a endurci. Il est moins rayonnant, moins sympathique. Il n’arrive plus à dissimuler son côté tueur derrière son charme. Mais il a tout compris à son époque. Il joue avec les média pour mettre la pression sur les joueurs, le public, la fédération. Il s’est bien rendu compte que ses joueurs sont désormais des hyper-professionnels bien mieux préparés physiquement et mentalement qu’à son époque. Les transcender passe par un accompagnement plus subtil. Il sait qu’il peut y aller plus fort pour les pousser dans leurs retranchements. Il n’a pas hésité à écarter Monfils qui refusait cette exigence, Il a diversifié son registre de coach acceptant de se mettre en retrait à la demande d’un Tsonga en quête de concentration plus que d’énergie. Pendant le double aujourd’hui, il a ressorti la machine à énergie mais brièvement au bon moment et ça a marché. On a pu voir quand il sert les poings qu’il demeure un véritable athlète.

Le vieux lion est moins enthousiasmant mais nous sommes en finale. Alors moi je prends les paris. Demain nous allons gagner. Dans la joie de la victoire, on retrouvera l’espace d’un instant l’homme de Saga Africa. Le vieux lion aura gagné son pari. Mais là c’est le supporter qui parle. Alors à demain.

Dernière minute, on a gagné. Yannick est en pleurs et moi aussi j’ai les larmes aux yeux…. Bravo au vieux lion!!!!!!

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s