Tour de France dans les Alpes

Les dimanches de juillet sont marqués depuis mon enfance par le Tour. Je sais que les performances sont suspectes mais comme tous les Français, je m’en fous et je continue à regarder les forçats de la route avec passion.

Je fais aussi l’étape à mon rythme : sieste dans le canapé en début d’étape puis fin d’étape sur mon vélo d’appartement en communion avec les coureurs. Je sais c’est un peu ridicule. Mais j’aime ce rituel même si je ne m’illusionne que superficiellement sur la comparaison entre leur effort et le mien. La popularité du cyclisme vient largement du vécu de chacun sur un vélo.

La course est moins palpitante que dans mon enfance cadenassée par les oreillettes. Mais la passion reste là parfois un peu malsaine avec le jeu de massacre des chutes dans les descentes. Et puis ce final avec Bardet parti dans la dernière descente et repris à quelques kilomètres de l’arrivée…..

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s